Etre une bonne mère (aussi) pour soi-même

Par | 2018-05-25T11:54:28+00:00 25 mai, 2018|

 

En ce dimanche de fête des mères, toutes les mamans sont à l’honneur.
je vous invite en retour à être une bonne mère aussi pour vous-même.

Etre une bonne mère

Crédit photo : 123 RF

Qu’est-ce qu’être une bonne mère ?

Etre une bonne mère, c’est le désir de toute maman.
Auparavant, il suffisait de donner vie, de nourrir et de protéger leurs enfants.
Aujourd’hui, les mères ont davantage investi leur rôle et veulent le meilleur pour eux.

Les injonctions de la société sont telles qu’elles se mettent la pression et souhaitent tout mener de front pour le bonheur et l’épanouissement de leurs enfants.

Pas facile de trouver le juste équilibre et de coller à l’image que l’on se fait d’une bonne mère.

Malheureusement (et heureusement) il n’y a pas de guide, de méthode ou de règle magique pour être une bonne mère.
Chaque maman a sa définition, ses valeurs et ses méthodes et vous avez certainement les vôtres.

« Il n’y a aucune recette pour devenir une mère parfaite mais il y a mille et une façons d’être une bonne mère. » Jill Churchill

Vous qui donnez beaucoup, qui en faites parfois trop, pourquoi ne pas vous accorder, dès aujourd’hui
ce que vous accordez aux autres ?

Voici 3 clés pour vous aider à être une bonne mère (aussi) pour vous-même.

Faire de votre mieux suffit

La perfection n’est pas de ce monde.
Il est bon d’intégrer qu’on a droit à l’erreur et que vouloir tendre vers la perfection est inefficace.
Tant pour soi, car cela peut conduire directement au burn-out, que pour nos enfants, car nous leur transmettons l’angoisse de ne pas être suffisant.

L’important est de faire de son mieux et cela suffit.

« Une mère ça fait ce que ça peut, ça ne peut pas tout faire, mais ça fait de son mieux ». Lynda Lemay.

Inutile de vouloir en faire des « caisses » ou de mettre la barre trop haute.
Le risque de s’épuiser, d’être frustrée et de culpabiliser est bien trop grand.

Si vous être épuisée, au diable les plats « méga équilibrés » ou la maison bien rangée.
Si vous êtes énervée, vous avez le droit de râler.
Si vous êtes dégoûtée, vous avez le droit de pleurer.

Dans tous les cas, R E L A T I V I S E Z, vous ferez mieux demain.

Crédit photo : Mathou

Ni trop, ni trop peu

Selon le célèbre psychiatre et psychanalyste anglais Donald W. Winnicott (1896- 1971), une bonne mère est une mère « suffisamment bonne » (Good enough mother). La mère suffisamment bonne de Donald W. Winnicott (Poche)

La mère suffisamment bonne est celle qui va répondre au besoin de son enfant en laissant de la place aux frustrations. Elle est à la fois ni trop présente et ni trop peu absente.

Le « trop » maintient l’enfant dans une sensation de toute puissance et donc peut-être tout aussi toxique que le manque.

Apprendre à son enfant à ressentir les frustrations est nécessaire à sa construction psychique.

Une mère qui devance les besoins de son enfant en lui donnant par exemple à manger avant même que celui-ci en manifeste le désir l’empêche de ressentir ses sensations, ses désirs et ses manques.

Rappelez-vous ceci : les enfants se construisent aussi par le manque.

Le « trop peu » quant à lui peut provoquer des carences et faire souffrir l’enfant.

L’expérience, l’intuition et l’amour vous guident pour trouver ce savant dosage entre le trop et le pas assez qui fera de vous une mère suffisamment bonne.

Faites-vous confiance, vous saviez mieux que quiconque ce qui est bon de faire pour vos enfants.

Il en va de même pour vous.
Je le dis souvent ce qui mène au burn out est un déséquilibre entre le « trop » et le  « pas assez » :

  • Je donne trop et je ne me repose pas assez
  • Je stresse trop et ne suis pas assez cool et détachée
  • Je pense trop aux autres et pas assez à mes besoins…

Profitez de cette journée de fête des mères pour commencer à rééquilibrer la balance et
pour vous donner ce dont vous avez besoin.

Même un petit peu, peut s’avérer satisfaisant.
– Vous êtes fatiguée ? Autorisez-vous une sieste,
– Vous en avez marre de faire toujours les mêmes corvées ? Autorisez-vous à ne pas les faire, à les reporter ou les déléguer.

Prendre soin de son enfant intérieur

Nous avons tous en nous un enfant intérieur qui souffre d’un rejet, d’une injustice, d’une trahison, d’un abandon ou d’une humiliation.
C’est une sorte de « petit-nous » qui nous fait réagir émotionnellement parlant comme une enfant de 5 ans.

Prendre conscience de sa présence, la re-connaître, l’écouter, la rassurer et la consoler permet sa guérison.

Vous pouvez ainsi vous libérer d’une douleur souvent lourde à porter et libérer ceux qui vous ont blessés.
Avoir de l’empathie pour soi est extrêmement réparateur.

Alors comment faire pour prendre soin de son enfant intérieur ?

Pour renouer avec lui, il faut se connecter à votre bonne mère intérieure.

Celle qui est présente, qui prend soin, écoute et rassure comme vous savez si bien le faire avec vos enfants.

Etre une bonne mère pour soi c’est se traiter avec douceur et bienveillance.

Vous pouvez pour cela vous inventez un modèle de mère qui serait là pour vous H24, pour apaiser vos douleurs et répondre à vos besoins.
Votre sécurité intérieure s’en trouvera renforcée et l’extérieur aura moins de prise sur vous.
Vous serez ainsi moins tentée d’en vouloir à la terre entière, de rejeter la faute sur vos enfants, votre conjoint ou votre patron.

Si vous souhaitez développer cet amour pour vous je serai ravie de vous accompagner sur ce chemin.

« C’est en s’aimant que l’on peut aimer en retour ».

Une envie de cinoche ! Allez voir La fête des mères sorti le 23 mai, apparemment touchant et moderne pour déculpabiliser et sortir du mythe de la mère parfaite.

 

Savourez bien ces doux moments de bonheur de remise de cadeaux, vous le valez tellement.
Et n’oubliez pas ceci vous êtes une MERE-VEILLEUSE maman.

Bonne fête à vous.

Chaleureusement,

 

 

Vous souhaitez faire le point sur votre situation actuelle et trouver des solutions concrètes à mettre en place.

Inscrivez-vous pour une séance découverte offerte

À propos de l'auteur :

Catherine
Je suis Catherine Proutiere, coach de vie, naturopathe et fondatrice du site et de la méthode « Devenez votre meilleure amie ». Je suis experte dans le bien-être des mamans et le burn-out maternel. J’accompagne des mères de famille épuisées, débordées, stressées, qui en apparence ont tout pour être heureuses mais ne le sont pas. Je les aide à retrouver de l’énergie vitale, à équilibrer leur vie privée, familiale et professionnelle, et surtout à s’aimer davantage pour mener une vie plus harmonieuse et épanouissante dans tous les domaines de leur vie. J’ai à cœur de leur transmettre ce qui m’a permis de passer, il y a quelques années, d’un mode « sur-vie » à un mode « en-vie " afin qu'elles puissent rayonner de toute leur beauté et puissance et diffuser d’heureux bienfaits tout autour d’elles.

Laisser un commentaire